Une vraie-fausse médiation


Echec

Par Amail Bendedda

Le conflit dure depuis des mois entre les taxis et les VTC (Véhicule de Tourisme avec Chauffeur).

La tension est telle que Matignon a mandaté un médiateur pour aider à résoudre ce conflit et à rétablir la communication.

Nommé mardi dernier, le médiateur a posté des commentaires qui ont donné lieu à un échange de Twitts.

Voici, réunis, tous les ingrédients pour une médiation vouée à l’échec:

  1. Prendre parti : un médiateur est impartial quant aux raisons d’un conflit. Il doit rester distant et ne pas émettre de jugement.
  2. Donner son avis sur la meilleure chose à faire : le médiateur est neutre quant aux solutions apportées. L’important c’est que les parties trouvent un accord qui leur convienne.
  3. Rappeler la position du mandataire : le médiateur est indépendant relativement à toute autorité, y compris celle qui le mandate et qui le paye.
  4. En parler ouvertement sur un réseau social : le médiateur a un devoir de confidentialité, de réserve.

La médiation est déjà caduque avant même d’avoir commencée, comme le note un internaute dans son commentaire.

Une médiation doit se dérouler dans un climat de confiance. Les parties impliquées dans le conflit doivent se sentir à l’aise. Est-ce possible si la personne en face a déjà jugé la situation et pris position, même si c’est pour vous? Dans un conflit, chaque partie a raison de son point de vue.

Ensuite il vous impose sa solution. S’il sait mieux que vous ce qu’il faut choisir, pourquoi faire une médiation alors ? Sa solution n’est peut-être pas la votre ni celle de l’autre partie en conflit. Un médiateur peut parler de toutes les solutions qui existent, mais en aucun cas ne peut en privilégier une plutôt qu’une autre.

Puis il vous donne la position du mandataire avec, en prime, un point de vue personnel similaire. Si le médiateur n’est pas indépendant face aux instances environnantes alors c’est un négociateur ou un conciliateur – pas un médiateur. Son travail va être de vous convaincre et non de vous laisser libre de choisir.

Et pour terminer, avant même de vous avoir rencontré, le médiateur a déjà partagé tout ce qui vient d’être dit en public. Auriez-vous envie de lui confier des informations sensibles et confidentielles, et sans doutes cruciales pour la résolution du conflit ?

Non seulement la médiation est mise à mal avant même d’avoir commencé, pis encore, elle jette de l’huile sur le feu et donne des raisons de penser que le gouvernement cherche à gagner du temps, comme le soulève un syndicaliste. Un argument de plus pour entretenir le conflit.

Les médiateurs professionnels existent. Ils ont une formation, sont certifiés, ont une posture et agissent selon un code de déontologie. Et surtout, ils font des médiations qui aboutissent avec des parties satisfaites et respectées.